Home » Recommandations issues de la réunion stratégique restreinte de la société civile du Bassin du Congo œuvrant pour la bonne gouvernance forestière et climatique – 26 octobre 2018 – Brazzaville, République du CongoVous êtes ici:  
Recommandations issues de la réunion stratégique restreinte de la société civile du Bassin du Congo œuvrant pour la bonne gouvernance forestière et climatique – 26 octobre 2018 – Brazzaville, République du Congo
Par: Observatoire congolais des droits de l'homme
Publié: octobre 31, 2018
Pays: Autre
Sujets: Changement Climatique Foresterie Communautaire Droits Communautaires FLEGT REDD+
Type de document: Déclaration
Document ID: 7502
Nombre de vues: 146
Envoyer ce document par email
Recommandations issues de la réunion stratégique restreinte de la société civile du Bassin du Congo œuvrant pour la bonne gouvernance forestière et climatique – 26 octobre 2018 – Brazzaville, République du Congo

Les pays du bassin du Congo ont pris des engagements forts en faveur d’une meilleure gouvernance forestière et climatique. Le Cameroun, la République du Congo et la République Centrafricaine ont tous signé des Accords de Partenariat Volontaire (APV) avec l’Union européenne pour lutter contre l’exploitation illégale du bois, tandis que le Gabon et la République Démocratique du Congo sont en phase de négociation depuis plusieurs années. Tous ces pays sont également engagés dans la REDD+ (Réduction des Émissions dues à la Déforestation et à la Dégradation des Forêts) et leurs efforts s’intensifient dans le cadre de l’Accord de Paris sur le climat et de la disponibilité des financements par le biais de l’Initiative pour la Forêt d’Afrique centrale (CAFI) et de la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau nationale (CDN).

La République Démocratique du Congo et la République du Congo se dirigent vers la phase d’investissement dans le cadre de la REDD+ alors que d’autres pays travaillent à la finalisation de leurs stratégies nationales. Un défi majeur pour les APV et la REDD + dans le bassin du Congo consiste à traduire les engagements en actions concrètes. Cependant, les réformes en cours pour la mise en œuvre de ces engagements ne sont pas encore pleinement effectives.

 

La contribution de la société civile au succès de ces réformes est primordiale afin de permettre aux communautés locales et peuples autochtones de gérer durablement les forêts dont elles dépendent et de jouir pleinement de leurs droits.