Home » Documents » Déclaration des organisations de la Société civile sur la gouvernance climatique, foncière et forestière, en République CongoYou are here:  
Déclaration des organisations de la Société civile sur la gouvernance climatique, foncière et forestière, en République Congo
By: GESOP
Published: September 2, 2022
Countries: Republic of Congo
Topics: FLEGT
Document type: Statement
Document ID: 9379
View count: 224
Email this document
Déclaration des organisations de la Société civile sur la gouvernance climatique, foncière et forestière, en République Congo

La République du Congo a signé avec l’Union Européenne un Accord de partenariat Volontaire (APV) sur l’application des réglementations forestières, la gouvernance et les échanges commerciaux des bois et produits dérivés vers l’Union européenne (FLEGT). En vertu de cet accord, tout le bois et produits dérivés en provenance du Congo doivent respecter l’ensemble des lois congolaises applicables en la matière et être traçables. De plus, le Congo a mené un certain nombre de réformes visant à améliorer la gouvernance forestière et, est en processus de déploiement de son Système Informatisé de Vérification de la Légalité (SIVL) ; ceci, en vue de lancer les premières autorisations et licences FLEGT. Par ailleurs, l’Union Européenne est sur le point d’adopter une nouvelle législation sur les produits exempts de déforestation y compris trois produits exploités au Congo notamment le bois, l’huile de palme et le cacao. En conséquence, l’adoption de ce règlement signifiera que le bois et ses produits dérivés en provenance du Congo devront remplir des conditions de légalité mais également de durabilité.

La Ministre de l’Economie Forestière a exprimé ses vives inquiétudes sur les changements proposés
auxquels l’Union Européenne a apporté des assurances dans les termes suivants : « Les licences FLEGT ne seront pas supprimées mais, les conditions de délivrance vont être renforcées. Nous souhaitons travailler avec le Congo sur un nouveau partenariat forestier reposant sur quatre composantes que sont la gouvernance forestière ; l’économie forestière durable ; l’agriculture à zéro déforestation ; et la préservation de la biodiversité ».