Home » Documents » “Quelles avancées pour la foresterie communautaire en République du Congo ?” – Communiqué final sanctionnant les travaux de la réunion externe annuelle du projet CoNGOsYou are here:  
“Quelles avancées pour la foresterie communautaire en République du Congo ?” – Communiqué final sanctionnant les travaux de la réunion externe annuelle du projet CoNGOs
By: FGDH
Published: May 14, 2018
Countries: Republic of Congo
Document ID: 3471
View count: 540
Email this document
“Quelles avancées pour la foresterie communautaire en République du Congo ?” – Communiqué final sanctionnant les travaux de la réunion externe annuelle du projet CoNGOs

L’atelier était organisé, le 26 janvier 2018, à Brazzaville, par les membres congolais du consortium CoNGOs (Collaboration d’ONG en faveur de moyens de subsistance communautaires équitables et durables dans les forêts du bassin du Congo) et financé par le programme UK Aid du gouvernement britannique.

Cet atelier avait pour objectif général d’assurer une meilleure compréhension du potentiel et de la vision de différentes parties prenantes de la foresterie communautaire  en République du Congo.

Les objectifs spécifiques étaient de faire un bilan des avancées et défis liés à la mise en œuvre de la foresterie communautaire en République du Congo ; d’échanger sur le rôle de la société civile dans la promotion de la foresterie communautaire y compris les résultats et les priorités du projet du consortium CoNGOs ; d’échanger sur la vision et l’appui de l’administration forestière et des partenaires internationaux en faveur de la foresterie communautaire et de la gouvernance forestière ;  et d’examiner les opportunités de promotion de la foresterie communautaire au niveau régional.

Après des communications faites par le FGDH, le CIJ, l’ODDHC et le ProNAR et des discussions qui s’en étaient suivies, plusieurs recommandations ont été formulées à l’endroit de toutes les parties prenantes.

Cet atelier a regroupé une trentaine de participants dont les administrations en charge des forêts, de l’agriculture et de l’aménagement du territoire,  les membres des plateformes de la société civile ainsi que des représentants des communautés locales et populations autochtones.