Home » Documents » Changement climatique : la société civile présente le rapport sur les contributions nationalesVous êtes ici:  
Changement climatique : la société civile présente le rapport sur les contributions nationales
Par: ADIAC
Publié: juillet 20, 2021
Type de document: Articles d'actualité
Document ID: 9034
Nombre de vues: 137
Envoyer ce document par email
Changement climatique : la société civile présente le rapport sur les contributions nationales

Changement climatique : la société civile présente le rapport sur les contributions nationales
Mardi 20 juillet 2021

L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et d’autres organisations de la société civile ont procédé, le 20 juillet à Brazzaville au cours d’une conférence de presse, à la présentation du rapport des contributions déterminées au niveau national (CDN) dans le cadre de la lutte contre les changements climatiques.

Les contributions déterminées au niveau national, a rappelé le coordonnateur de la Rencontre pour la paix et les droits humains (RPDH), Christian Mounzéo, sont des dispositions pratiques, l’ensemble des mesures, des politiques que le gouvernement développe, met en place en ce qui concerne la réduction des gaz à effet de serre.

Il a précisé qu’entre fin 2020 et début 2021, le Congo a repris l’exercice d’élaboration de la CDN révisée et le groupe des experts de la société civile sur la gouvernance climatique, foncière et forestière a accordé beaucoup d’intérêt à ce processus de révision grâce à ses partenaires, notamment Fern.

Une étude a été réalisée pour évaluer la première CDN qui a été soumise en 2015 afin de tirer les leçons pour améliorer le contenu et la forme de la nouvelle qui est en cours d’élaboration.

Christian Mounzéo a signifié que lorsque le Congo était allé présenter sa première CDN en 2015, la société civile n’était pas mise à contribution comme acteur à part entière de ce processus. C’est plutôt dans la nouvelle, celle de 2021 en cours d’élaboration que les propositions de la société civile ont été prises en compte.

Jean Jacques Koubemba